Sans vouloir jouer à celui qui passe pour l’expert dans le domaine, cela me sidère toujours de trouver que la plupart des opérateurs touristiques (et dans d’ autres domaines aussi, je suppose) réduisent l’ internet à un simple site web institutionnel et aux e-mails. Est-ce parce que ce sont les fonctionnalités de l ‘ internet les plus accessibles à Madagascar? ou bien est-ce qu’ils ont raison de tout ramener à ces deux fonctionnalités.

Personnellement, je pense que ramener l’ internet à ces simples concepts réduit de beaucoup son intérêt. Effectivement, que nous parlions du site Web de l’ office national du tourisme de Madagascar ou que nous parlions du site de conseil pour les voyages www.tripadvisor.com (entre autres): tous les deux se présentent sous forme de site web- toutefois la présentation,les contenus et les fonctionnements sont tellement différents. Alors que le premier ressemble plus à un catalogue de publicité (site web institutionnel), le second est plus interactif: le contenu provient généralement des touristes eux-mêmes (revue d’ hotels où ils ont séjourné par exemple). A la fin, si un touriste veut venir à Madagascar, il est fort probable qu’ il donne plus de crédibilité aux avis donnés sur des sites du type tripadvisor, qu’ à un site web institutionnel comme celui de l’ONTM (quand bien même l’ ONTM reste l’ organisme de référence pour le tourisme à Madagascar).

En effet, en parcourant le web, force est de constater que la plupart des sites web dédiés à Madagascar correspondent encore au Web 1.0 où:

– le contenu du site web est généralement publié par une entité (où, très souvent, une personne s’ en occupe à mi-temps), alors que sa conception est souvent confiée à un SSII

– il faut des connaissances techniques assez pointues pour pouvoir publier sur le site web,

– la plupart du temps, ces sites web souffrent de mise-à-jour (je tends à croire que ce n’ est pas par manque de sujet à diffuser, mais plus par manque d’ intérêt- comme si l’essentiel réside dans la mise en ligne du site et ensuite c’est un dossier clos)

Dans cette optique du Web 1.0, la plupart du temps, les opérateurs sont obnubilés par le nombre de visiteurs potentiels sur leur site (combien de fois ont-ils été rappelés que l’ internet est consulté par des centaines de millions de gens par jour). Toutefois, la désillusion vient quand ils n’ arrivent pas à attirer des visiteurs. Et pour les plus chanceux qui arrivent quand même à attirer un nombre significatif de visiteurs sur leur site, ils ne savent pas trop quoi en faire dans la mesure où ils savent peu de chose (au mieux des données de Google Analytics qui leur indique la répartition géographique des visiteurs- difficilement exploitable par un néophyte) … Bref, ils semblent oublier qu’à la base ils recherchent des clients et non des visiteurs anonymes.

Alors, avoir un site web est-il un must? ou est-ce juste un phénomène de mode pour montrer qu’ on est “in”, ou bien est-ce que ces sociétés sont mal-éclairées sur les potentiels de l’ internet pour les opérateurs touristiques?

Quelle que soit la réponse que chacun aura, qu’ on ne se méprenne pas sur mes propos, je suis toujours convaincu que l ‘internet, utilisé à bon escient, contribuera fortement à un meilleur essor pour la société … Je dis juste qu’ il ne faut pas se borner à mettre en ligne un site web institutionnel.