Search

Tidbits of things that captivate my attention

What keeps me moving forward

Tag

amazon

Madagascar, the “other languages”-way

Back on the saddle again after few days on mute-mode. So now, what’s the point? What the heck am I going to talk about. It’s not that I have no inspiration, but between the ONTM (National Tourism Organisation) that will have its annual assembly to discuss about the tourism sector reform, the “Natural” exhibition at Alliance Française, the peak tourism season (and how difficult it is for us locals to organize our “holidays” as every single place is booked, and it’s not yet time to go adventurous with small kids), and so and so on, one can say that I have the choice for the topics to elaborate about.

Well in this post, I quickly looked for malagasy (or malagasy-connected) websites that deals with Madagascar-travel in other languages than french. Why does it matter? In fact, It is well-known that the majority of tourists coming to Madagascar are French. However, Madagascar is now targeting some new markets, though the recent marketing campaigns towards South Africans (2010 world cup must be behind this, Madagascar is only 3 hours away from Johannesburg) and spanish people.

Okay, let’s see what we have on the plate.

First, Italians: a direct flight from Italy to Nosy-Be already exists now, and we can see some specialized tour operators targeting the italian market. Some of the most visible on the internet are nosy be based company, another nosy-be based tour operator

On the spanish side, we have one website that is worth a visit.

In german, or dutch language, I found this one (I’ll leave to you to appreciate it)

Even if we know that some tour operators are targeting the japanese market, we didn’t find any japanese materials related to Madagascar (the fact that I don’t understand any word in Japanese greatly contributed to this result too 🙂

Unfortunately, most of those websites are initiated by tour operators, which means that they only highlight their offer (which, by definition, only represents a small part of what Madagascar has to offer )

Now, since we are talking about publications, we can’t ignore printed materials. Some resources you should consider:

Amazon’s database of publications on Madagascar

Lonelyplanet country guide

– for french-speaking: “le guide du routard” or “michelin”, or “petit fĂ»tĂ©”

– for english speaking people, digging into Wikipedia’s list of travel guide is a good starting point

If you ever want to add to this far from being exhaustive list, feel free to add your comments.

Advertisements

Exemple d’outils de recherche d’informations sur Madagascar Ă  la disposition des touristes

A la veille du prochain salon du tourisme (et activitĂ©s connexes) essentiellement axĂ© sur Madagascar,j’imagine qu’un intĂ©rĂŞt grandissant pour la destination Madagascar se fait ressentir dans le milieu professionnel du tourisme auprès des pays pourvoyeurs de touristes pour Madagascar … L’occasion de faire un petit jeu pour vĂ©rifier ce qui existe comme publication disponible sur Internet ou annoncĂ© sur Internet. Quoique la mĂ©thodologie que nous adopterons ne suit aucune dĂ©marche scientifique (ceux qui recherchent les informations sur Internet n’adoptent pas toujours une dĂ©marche scientifique ou de recherche marketing très structurĂ©), il est intĂ©ressant de voir le rĂ©sultat.

1- Faisons comme la plupart des internautes: Google

il est intĂ©ressant de voir dans le rĂ©sultat que la première place de la liste est publiĂ©e par Wikipedia (encore une ressource Ă  considĂ©rer pour vous faire connaĂ®tre dans la mesure oĂą c’est une encyclopĂ©die maintenue par la communautĂ©).

Sinon, Ă  part cela, vous ne remarquez rien d’anormal? … Si, si … il y a sĂ»rement quelquechose qui doit vous chiffonner. Entre autres:

– dans la première page de recherche, on ne retrouve aucun site web publiĂ© par un opĂ©rateur ou groupement professionnel malgache. Par contre, d’autres sites tiennent le haut du tableau.,

– autre facĂ©tie d’un dessin animĂ© qui n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le storyboard initial: le dessin animĂ© Madagascar des studios dreamworks occupe le deuxième et troisième place

– ce n’est qu’en bas de la liste qu’on trouve le Madagascar qui peut intĂ©resser les touristes via wildmadagascar

– encerclĂ© en rouge dans la colonne de droite: des publicitĂ©s payantes sur Google via le système AdWords. Nous y reviendrons ultĂ©rieurement dans d’autres billets.

– Quid du CIA factbook?

2- Editeurs spécialisés

655 rĂ©sultats en faisant une recherche du mot clĂ© “Madagascar” sur lonelyplanet Franchement, je ne me suis pas attendu Ă  autant de livres dĂ©jĂ  publiĂ©s sur Madagascar. Prenez au hasard une entrĂ©e sur un de ces rĂ©sultats, personnellement je suis impressionnĂ© par le niveau de dĂ©tails fourni. Ces dĂ©tails sont les informations recherchĂ©es par les touristes. Entre autres, pris au hasard, cette demande d’information d’une touriste questionnant si elle risque de rencontrer des araignĂ©es Ă  Madagascar …C’est le genre d’informations qu’on retrouve rarement dans des sites institutionnels de type catalogue/brochure

3- Amazon.com

… pour ceux qui ne savent pas: Amazon est une librairie virtuelle Ă©norme oĂą vous trouverez de tout et de rien comme on dit. Alors, puisqu’il ne faut pas se limiter Ă  des informations Ă©lectroniques. Donc, revenons aux bonnes vieilles guides de poche. 27000 livres rĂ©pondant Ă  la recherche “Madagascar”… Impressionnant.

5- les blogs

Avec l’avènement du Web 2.0, les blogs font office de rĂ©fĂ©rence pour recouper des informations. En allant sur technorati (qui est actuellement l’outil de rĂ©fĂ©rence de recherche pour les blogs …. eh oui, tout ne tourne pas autour de Google), on dĂ©nombre Ă  ce jour 122 blogs avec le tag Madagascar… Une autre vision de Madagascar via les blogs dont les billets font plus rĂ©fĂ©rence Ă  du vĂ©cu … De l’authenticitĂ© (anti-marketing, ou plutĂ´t anti-publicitĂ©) dont les touristes raffolent pour prĂ©parer leur voyage

6- flickr

bon, une image vaut mille mots… flickr est l’endroit par excellence pour apprĂ©cier Ă  l’avance ce que Madagascar a Ă  offrir via les photos. Les photos avec un tag “Madagascar” foisonnent… Une petite recherche, et hop:environ 66000 photos

7- Youtube

et si on cherchait des videos… 6990 videos … mais dont la plupart fait rĂ©fĂ©rence aux penguoins du dessin animĂ©

8- les guides audio (audiobooks)

IdĂ©al pour que le touriste puisse apprendre quelques mots malgaches en imitant la phonĂ©tique. Bien qu’encore peu rĂ©pandu, ce système connaĂ®tra surement un essor fulgurant dans les prochaines annĂ©es avec le succès des baladeurs mp3/mp4, iPod et autres tĂ©lĂ©phones portables … Le principe est assez simple: les touristes tĂ©lĂ©chargent sur leur baladeurs mp3 des rĂ©cits prĂ©enregistrĂ©s (racontant l’histoire de la ville/de l’endroit, ses spĂ©cificitĂ©s, …)… Imaginez l’histoire avec un fond sonore de valiha, de kabĂ´sy ou de djembe… Il n’y a pas de surprise Ă  ce niveau. Hormis les sons des oiseaux de Madagascar, il n’y a pas beacoup (recherche rapide sur google). Itunes Ă©tant la plateforme la plus connue pour de l’audio,

9- podcasts

Les podcasts: pour ĂŞtre simple, c’est une sĂ©rie d’Ă©missions audio, initialement au format mp3 (d’autres formats sont disponibles actuellement) traitant d’un thème particulier que le touriste peut copier sur son balladeur et Ă©couter Ă  volontĂ© sans ĂŞtre connectĂ© Ă  l’internet. Ici encore, iTunes demeure une rĂ©fĂ©rence.

Bref, l’abondance des informations dĂ©jĂ  publiĂ©es peut aussi ĂŞtre une explication de la raretĂ© des visiteurs des sites webs des opĂ©rateurs malgaches. La question qui se pose actuellement est: comment tirer profit de toutes ces plateformes?

Blog at WordPress.com.

Up ↑